Francis Vachon Photographe

March 27, 2014

Qui est Paul Guerin et quel jeu joue t-il?

On a attiré mon attention sur une rocambolesque histoire présentée par le Regroupement des Artistes en arts visuels (RAAV). J’ai entendu plusieurs étranges histoires, mais je vais m’en tenir aux faits présentés sur cette affiche qu’on peut voir sur le Facebook du RAAV avec la légende suivante:

Voici une photo de Mme Suzan M. McGregor, journaliste membre de la National Press Phtographer Association que s’attribue Paul Guérin sur cette affiche de 2013. Here is a picture by Suzi M. McGregor, Paul Guérin appropriated on a 2013 poster.

Il s’agit d’une affiche publicisant une des nombreuses expositions qu’il a réalisées. Paul Guérin y montre une image qui est en fait une réalisation de Suzi M McGregor. Il se présente comme un photographe de la prestigieuse agence Magnum, ce qui n’est pas le cas. Comme si ce n’était pas assez, la photo le représentant est en fait le portrait du photographe Ian Farrell.

Leica Master Photographer? Rien à son nom sur le blogue de Leica sur sa série Master Photographer

March 26, 2014

Pierre Chateauvert in Limoilou

Pierre Chateauvert

Parti Quebecois candidate for the riding of Jean-Lessage Pierre Chateauvert, right, talks with elector Sebastien Pelletier in the Quebec city neighbourhood of Limoilou Monday March 17, 2014. Photo Francis Vachon for Maclean’s

March 7, 2014

Friday links and news

Un peu de lecture pour la fin de semaine avec mes tweets et retweets de la semaine reliés à la photographie

A collection of my photo-related tweets and retweets of the last week.

(Lire la suite / read more…)

March 4, 2014

Quand voler une photo n’est pas assez

Le monde de la photo est en crise. Les agences ferment. Les contributeurs aux banques d’images ne font parfois que quelques sous de redevance par licence vendue. C’est dans ces circonstances que deux entreprises pensaient avoir trouvé ce mois-ci une nouvelle technique pour faire de l’argent facile dans le domaine de la photo.

Elles s’y sont prises en ayant recours à trois étapes extrêmement simples.

  1. Elles ont utilisé une photographie sans l’autorisation de son auteur.
  2. Elles ont attendu que le photographe découvre la faute et exige les droits sur son oeuvre.
  3. En guise de représailles, elles ont poursuivi le photographe.

Malheureusement, ils n’avaient pas prévu la 4e étape: l’indignation générale de la communauté web des photographes.

La suite de ma chronique publiée ce matin dans la version papier du Journal de Montréal est disponible pour une trentaine de jours sur PressDisplay.